Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos pensées nous dérobent à chaque fois de l'instant présent. Nous compliquent la vie. L'Agya est un Enseignement complet pour prendre Conscience de cette vie simple. Ce texte en parle.

 

 

 

Je me rends compte que je reviens de loin. Grâce à ton Enseignement, josé, à cette pratique que je suis inlassablement, je remarque que ça marche ! Ma vie change en mieux. En beaucoup mieux !

 

J’affine mon être

Je me rends compte que ces pensées que nous avons tous et qui nous dérobent à chaque instant pour un oui ou pour un non, nous éloignent de la Vérité. Nous ne nous rendons compte de rien. Simplement nous avons pris l’habitude d’elles comme si c’était nous ! Les habitudes sans Conscience sont mauvaises, nous le savons bien ! Machinalement nous les reproduisons sans nous en rendre compte. Elles mènent notre vie.

 

Ton enseignement est précieux José. L’Agya m’a permis de m’en rendre compte.

 

Le détachement

Il est primordiale de se détacher d’elles, de se détacher de nos pensées. Sinon, elles continuent à nous rendre la vie floue, à nous empêcher de vivre la Vraie vie, à nous mettre, nous ajouter des décors ici et là. Mais ces décors sont pures imaginations. Nous spéculons sur quelque chose qui n’existe pas. Nous essayons d’arranger ou de défaire une situation qui n’a aucune existence encore. Ce n’est que virtuel !

 

Comment pouvons nous vivre l’instant présent avec elles ? C’est impossible !

 

Nous ne pouvons être à la fois dans le passé, le futur et le présent. Nous devons choisir le camp dans lequel nous préférons être. Pour ma part j’ai fait le choix de vivre dans le présent. Ce choix me permet d’éliminer le passé et le futur. Je n’ai que l’instant à vivre, là tout de suite et aucune pensée n’est autorisée. Oh ! Bien sûr elles essayent de venir de temps à autres. Je les laisse passer, comme ces nuages qui passent dans le ciel. Je ne m’y attarde pas, je ne m’y attache pas.

 

Je me suis rendue compte, qu’elles ne sont pas vraies, ces pensées. Elles changent tout le temps, elles n'ont aucune consistance.

 

Quand la situation arrive, alors que nous avons passé temps de temps à imaginer autre chose, nous nous rendons compte, à ce moment là, que ça ne se passe pas comme nous l'avions imaginé, prévu. Tout change et ce temps que l’on a passé s’est envolé en fumée. Le temps passe vite, oui ! Quand on est obnubilé par le passé, que l'on reste ailleurs que dans l’instant présent.

 

L'instant présent

L’instant présent est le lieu où j’ai besoin d’être pour être à ma place. Dans l’instant présent, je suis toujours à la parfaite place pour bénéficier d’instants parfaits, comme s’ils s’enchaînaient les uns aux autres, pour ne faire qu’Un, dans Son Unité qui n’en finit pas. Un régal ! Un délice !

 

Je me suis rendue compte que la Guidance agit pour celui, celle qui observe l’Agya. Comme de faire une action nous positionne tout de suite à notre place. Par ce geste, cette action, tout redeviens normal, si toute fois on s'est égaré. C'est comme si on repars dans le flux de La Grâce. Le bien-être se réinstalle, la légèreté aussi, la fluidité, l’euphorie même nous enivrent pendant quelques instants. On ne pense plus. On est dans l’instant, l’instant présent. Il n’y a pas de place pour le futur ni le passé, juste l’instant à sa place.

 

J’en ressors avec toujours un large sourire, comme si c’était tout mon être qui souriait. C’est tellement fort que je ne peux contenir cette joie. C’est comme si je l’a laisse passer par ce large sourire. Je suis heureuse, satisfaite, Reconnaissante.

 

Nous ne pouvons être dans l’instant sans avoir, au préalable, illuminé ces pensées, sans avoir trouvé la bonne posture intérieure pour ne faire cas que d’elles.

 

La technique du Saint-Nom en est la clé.

 

Le détachement

Pour se détacher de quelque chose il est primordial de s’attacher à autre chose. Ainsi la boucle est bouclée. Se détacher de ces pensées pour s’attacher à la technique du Saint-Nom permet de mettre son attention ailleurs et de prendre Conscience, au fil du temps, que nous ne sommes pas seul sur ce navire, qu’il y a un GPS automatique. Il ne peut se mettre en route, que si on Lui en laisse les commandes.

 

L’oubli de soi

A force de pratique, on se rends compte de la facilité d’être. La vie est simple, tellement simple. Notre Conscience s’affine; nous prenons Conscience de la Réalité telle qu’elle est, sans décors factices ! C'est déjà beaucoup plus simple. Ainsi on efface du champs de vision ce qui n'a pas lieu d'être. Pour se rendre compte de cela il suffit d'observer L’Agya. L’Agya est notre salut.

 

Pratiquer la voie de la Liberté, ces trois pieds de l’Agya, ça demande régularité, constance et dévouement. Je remarque qu’il faut être prêt, mais quand on l’est et que l’on est assidu dans sa pratique, tout prends forme. Ainsi la Guidance agit pour celui, celle qui observe l’Agya.

 

Nous sommes amenés à expérimenter notre vie et en l’expérimentant nous prenons conscience de pleins de choses essentielles pour poursuivre ce chemin. Au fils du temps, je remarque être creuse et pleine à la fois. Creuse quand j’oublie le présent, quand je veux contrôler ma vie, quand je n’en fais qu’à ma tête, quand je m’obstine à quelque chose ou que je dis des mots qui sortent difficilement, sans trop de sens, sans pertinence, sans consistance: c’est creux ! Pleine quand je pratique la technique du Saint-Nom, quand je suis en Paix, sereine, contemplative, Unie en Lui. Quand je vis dans le Présent, c’est une telle douceur, un bien-être total. Je suis là où je dois être. Je me laisse faire.

 

J’ai pris Conscience de Lui en moi, de moi dans Lui. J’ai pris Conscience de nous, de cette relation privilégiée que je peux avoir avec Lui. C’est mon père, ma mère, mon frère, mon ami.

 

Pour cela, je dois m’oublier. Pour m’oublier je dois être en Lui. En pratiquant la technique du Saint-Nom, en lisant du Satsang, en faisant du Service, en méditant, en étant avec toi José. Je me suis rendue compte de Lui, de ce centre où Il est. Nous pouvons y aller à notre convenance. Il ne bouge pas, il est à cette place précise, dans notre centre intérieur. Au début, on tâtonne pour observer cette sadhàna*, mais au fil du temps on s’améliore.

 

C’est un Tout qui fait que l’on y arrive. Il est lui même « Tout » . Et ce Tout, nous fait prendre Conscience que c’est à Lui que nous devons avoir à faire et à personne d’autre !

 

(le 11 juillet 2016)

*sadhana: posture intérieure (yoga-originel)

Tag(s) : #Conscience, #Observance, #Essentiel, #Enseignement, #Agya, #SaintNom, #Grâce, #Paix, #LeService

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :