Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce texte parle de l'importance d'être vide avant d'entrer sur scène. Entrer sur scène c'est être réceptif de son environement. C'est vivre l'instant entièrement et c'est par Sa Guidance que le script se joue.

 

Nous rencontrons plus ou moins des personnes conscientes, inconscientes dans notre vie quotidienne, comme dans notre vie professionnelle d'ailleurs. Le plus délicat c'est quand même de travailler avec ces personnes pour améliorer le quotidien des autres personnes.

 

Comment peut-on faire quand notre propre vie est déjà en désordre, quand notre intérieur est rempli à bloque ? C'est ce que j'ai pu remarquer pendant ces jours-ci...

 

 

La cohérence

L'Observance de L'Agya me permet de me rendre compte de ce qui n'est pas logique chez les uns et les autres. Quand on a l'esprit en paix, quand on pose sa Conscience sur Lui par la technique, on a cette clairvoyance qui nous est donnée, elle se met en place automatiquement. 

 

Il n'est pas si simple d'aider les personnes en souffrances en travaillant avec des personnes, qui sont elles-mêmes encombrées intérieurement. 

 

Travailler auprès de personnes qui ont des difficultés physiques ou mentales, c'est avoir au préalable nettoyé déjà son intérieur pour pouvoir leur venir en aide. Sinon comment faire ?

 

Perdu nous même dans notre confusion, il n'est pas possible d'être un éclaireur pour une autre personne. C'est en étant propre de l'intérieur que l'on peut aider l'extérieur. Notre vanité nous dira le contraire. 

 

Caroline, cette adolescente trisomique, c'est mon rayon de soleil. J'aime être avec Caroline. Je prends vraiment plaisir à faire ces interventions avec elle. Je me rends compte que c'est par l'intermédiaire de Caroline que j'ai l'opportunité de grandir encore plus, en Conscience avec l'aide de L'Agya. Je remarque qu'avec elle, je me rends compte des choses de la vie. Elle me permet de me rendre compte de bien des choses. Par la technique du Saint-Nom, par Toi José, par ton Enseignement, par Le Saint-Nom, grâce au Saint-Nom, grâce à cette expérience avec Caroline, par La Grâce en action, je me rends compte des choses, des facettes que je n'avais pas encore exploré ou que je n'avais pas pris Conscience encore. 

 

Aujourd'hui, par exemple je me rends compte de la disharmonie des gens, de leur maladresse, de leur non-sens, de leur illogique, de leur disgrâce. 

 

On met l'autre si facilement en échec par nos soins. Comment peut-on avancer sereinement ? Devrais-je dire, comment peuvent ils avancer sereinement ?

 

C'est par des cris, des colères, des moments de désarroi, de tristesse qu'ils se manifestent. Des signes d'alarmes, quoi ! Cependant, nous ne les comprenons pas tels quels, convaincus d'avoir raison ! Et pourtant...

 

Hier matin, nous étions chez elle et nous nous préparions à sortir avec Caroline. Elle ouvre son sac et cherche son paquet de feuilles qu'elle s'était acheté avec ses sous, il y a quelques jours. Ne les trouvant pas, elle en accuse sa mère directement de les avoir prises.  

 

J'interviens et lui dit avant d'accuser de lui demander, si c'est bien elle. Sa mère arrive et Caroline lui demande les feuilles. Sa mère rétorque qu'elle en a suffisamment dans son sac et le reste elle n'en a pas besoin. Caroline se met en colère et dit à sa mère, qu'elle se les ai acheté avec ses sous et qu'elle n'a pas à fouiller dans son sac pour prendre les choses comme ça. 

Sa mère reste sur sa position et rajoute: " tu écris toujours les mêmes phrases sur ces feuilles et tu as autre chose à faire que de passer ton temps à écrire n'importe quoi ! "

 

Caroline était vraiment en colère, en disant  à sa mère : «  bon je reste là et ne bouge pas, tant que tu ne me rendras pas les feuilles ». Sa mère a cherché à faire diversion en lui disant que j'allais partir sans elle. 

Je n'ai rien dit pendant cette altercation. J'ai juste insisté auprès de Caroline pour arrêter de se mettre en colère et de venir avec moi dans la voiture. 

 Elle rouspétait. Elle avait raison de rouspéter. Je ne lui ai rien dit. Elle m'a juste dit qu'elle partirait ce soir avec l'autre auxiliaire de vie pour racheter un paquet de feuilles. Je lui ai juste dit "oui". Pas plus, pour ne pas alourdir la situation. 

 

Voilà, comment on peut mettre une personne trisomique en échec ! Alors, qu'il y a pas mal de petites choses qui commencent à faire son effet ! Elle fait un pas de bien toute seule comme une grande et nous lui faisons faire deux pas en reculons, pas nos actes manqués. 

 

Pourtant, quand on est bien centré, dans la bonne posture intérieure, en étant en Lui, tout roule, tout glisse par La Guidance. C'est malheureux ça ! De ne pas pouvoir soumettre son mental à cette pratique ou par une autre méthode, pour ainsi, avoir un autre regard et vivre dans la cohérence. 

 

C'est vrai, on demande à Caroline de ne pas fouiller dans les affaires des autres, sans en demander la permission, on la fâche pour ça , quand elle prend quelque chose qui n'est pas à elle ! On lui demande de faire les choses bien dans le respect de chacun. Et ces parents ne le font pas ! Chercher l'erreur ! 

 

Après ça, on s'étonne pourquoi Caroline n'avance pas bien dans sa vie, continue à faire des bêtises, à ce maintenir dans sa gaminerie. 

 

Et ça, ce n'est qu'un exemple. Fouiller dans son sac sans lui avoir demandé sa permission, c'est une trahison pour elle. Je me rends compte quelquefois sa teneur de vérités face à ses parents ou face à mes collègues. 

Faire diversion pour clôturer cet acte, pour ne pas assumer jusqu'au bout sa bêtise, c'est malhonnête. C'est rendre l'autre injustement inconfortable. 

 

C'est comme ce qui suit:

 Suite au suivi des activités, j'ai mis en place un support (vue avec sa responsable la dernière fois) où l'on écrit avec Caroline, ceux  qui s'est passé durant les deux heures et demie avec elle. Elle apprécie ce moment à écrire. Ce qui lui fait travailler sa mémoire, son écriture, sa construction de phrases, son cheminement et de poser ses actes pour qu'ils restent cohérents. Ensuite, on fait deux colonnes avec les aspects positifs durant cette séance et les aspects négatifs. 

 

Caroline est une fille qui aime écrire. Elle écrit beaucoup dans ces moments où elle est seule. Souvent la même chose, qu'elle répète inlassablement, comme quand on est puni et qu'on doit faire une cinquantaine de lignes. 

 

La veille j'avais rempli avec elle la fiche d'activité. Le lendemain je reviens et à 20 minutes de la fin de l'intervention, je prends le classeur et relis ce qu'on avait écrit ensemble la veille. La Guidance ne m'a pas amené là, par hasard. Il y avait un cheminement dans tout ça, à se rendre compte. Je remarque que Caroline a rajouté des choses pendant mon absence, qui n'avait rien à voir avec l'activité faite. Je lui fais remarquer. Elle avoue avoir réécrit après mon départ. C'est comme si elle a besoin de remplir la feuille, à chaque fois, entièrement, comme quand on est boulimique de quelque chose. C'est plus fort que nous. Comme le faux-ego par exemple. 

 

Je lui redéfinis les règles de ce classeur. En lui disant que si la prochaine fois, elle écrit, je serai obligée de lui confisquer ce classeur. Je l'écris donc sur cette fiche d'activité du jour, en encadrant la règle : « Ne pas écrire sur le classeur en notre absence. La fiche d'activité se fait à deux (Caroline et l'auxiliaire de vie). Si Caroline refait cet acte, le classeur lui sera confisqué. »

 

Le lendemain, ce n'était pas moi. Une collègue m'appelle, me raconte l'intervention passée avec Caroline et la sanction qu'elle lui a attribué. Caroline n'a pas voulu écrire sur le classeur, pour faire la retranscription sur ces deux heures d'activités. Elle a piqué une colère pour ne pas avoir été faire des courses. Je lui ai donc confisqué le classeur.

 

Je demande alors, si Caroline a écrit sur le classeur en notre absence. Elle me dit non. Je lui dis donc de ne pas confisquer le classeur. Elle a rempli le contrat, c'est super ! Alors qu'avant, c'était machinal, elle remplissait toujours les feuilles. On peut donc faire confiance en Caroline et lui témoigner notre reconnaissance. 

 

Elle me dit qu'elle était tellement énervée (l'aide à domicile) qu'elle lui a quand même confisqué ce classeur, elle et sa mère et qu'elle était maintenant partie de chez elle. 

 

Voilà encore une mise en échec faite rapidement. Un échec, une sanction non justifiée, une autorité qui n'a pas lieu d'être. Se mettre en colère est un état que tout le monde fait, un jour ou l'autre. Pourquoi Caroline n’aurait pas le droit d’y être ? Alors, que cette aide à domicile était elle même en colère ? Chercher l'erreur ?

 

Retrouver sa paix

Cet acte va durer un petit moment, si on ne met pas le holà de suite. Je lui ai dit à ma collègue, de par cette action, c’est moi demain qui vais devoir régler le conflit. Alors, qu'il lui appartient ! 

 

C'est essentiel de régler les choses sur le moment quand on peut le faire. C'est se rendre l'esprit vide, clair, en paix. Tout le monde n'a pas la chance de connaître la technique du Saint-Nom, pour retrouver sa paix intérieure. 

Régler le conflit le jour même c‘est se libérer l'esprit ! C'est permettre de s'expliquer, de se comprendre, c'est échangé sur le conflit et trouver une entente pour les deux, c'est réagir de suite suivant les événements et stopper la machine infernale des pensées

 

Par ses actes maladroits, voire illogiques, Caroline régresse petit à petit. Elle se bloque et reste dans sa position inconfortable où le stress est à son apogée. Comment peut-elle grandir ?

 

 

Grandir

 

Je me rends compte que le résultat ne me concerne pas. Je ne suis pas là, pour entreprendre des projets et en devenir la responsable. Je suis là pour prendre Conscience des choses de la vie, pour vivre l'instant et grandir par L’Observance, grandir en Conscience

 

Avoir pris Conscience de ça, me soulage totalement. S'investir dans ce job, s'est vouloir toujours plus, s'est entreprendre de nouvelles choses, se programmer de nouveaux objectifs à atteindre, s'est en fin de compte, se perdre. Mon objectif n'est pas de faire grandir Caroline, c'est de vivre pleinement l'instant présent, en posant ma Conscience sur Le Saint-Nom. La guidance se charge du reste. Le reste n'est pas de mon ressort, le reste ne me concerne pas. Le reste, je le remets dans les bras du Saint-Nom. Avoir pris Conscience de ça, me détache, me rend comme ma liberté. 

 

L'autre jour, j'ai eu une réunion d'équipe au siège. Nous nous sommes présentés chacune notre tour. La présidente à parler de plusieurs points et nous avons débattus au fur et à mesure de ces sujets. Tout le personnel n'était pas présent. 

 

Une auxiliaire de vie commence par dire qu'à chaque fois, c'est les mêmes points qui ressortent, qui sont soulevés et rien de nouveaux, rien n'avance.

Je m'en suis rendue compte depuis que je travaille dans cette association. Les gens vont l'autruche les uns par rapport aux autres. Tout est symboliquement entendu mais en profondeur, il n'y a rien. Quand les gens viennent en réunion pour débattre intelligemment sur des faits, ils viennent en venant déjà rempli. Comment peuvent ils être à l'écoute des uns et des autres ? Comment peuvent-ils se remplir de ces nouvelles, s'ils sont déjà remplis des anciennes ? 

 

C'est comme une cruche de lait. Si nous voulons la remplir de nouveau de lait fraîchement sorti de la vache, nous devons la vider pour pouvoir la re-remplir. Et ben, nous c'est pareil ! 

 

Je me rends compte que si mon esprit est plein, je ne peux porter attention sur autre chose et si c'est le cas, je ne serais pas présente à 1OO %, sur cette même chose. Donc, si je ne suis pas présente, je ne suis pas dans l'instant présent. Si je ne suis pas dans l'instant présent, je ne suis plus à ma place, à l'endroit où je dois être, au bon endroit, à la bonne place. Non, je suis juste en décalage avec l'instant

 

Tout ceci pour dire, que cette réunion m'a servi à me rendre compte que si les gens veulent que les choses changent, évoluent bien, ils ont juste besoin de venir vide, de faire du tri dans leur intérieur, de faire du nettoyage à grande eaux pour avancer dans leur vie sereinement, en Conscience et ainsi, de se rendre compte réellement des choses de la vie. Et non, de vouloir aider les autres. 

 

 

(Samedi 22 juillet 2017)
 

Tag(s) : #SaintNom, #instant, #Conscience, #Agya, #Enseignement, #Observance, #Paix, #Détachement, #Grandir

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :