Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est dit dans ce texte de revenir en son centre, en toute Conscience. C'est être libre ! 

 

Après ces tremblements intérieurs importants, comme une eau d'étang remuée à grande eaux, déplaçant des mottes de terre sans ménagement, je respire de nouveau mieux. Comme si dans cet intérieur, il était primordial de faire de la place, du rangement, en déplaçant certaines choses qui n'étaient plus à leurs place.

 

 

L'Agya

Cette phrase est bien vrai: tout arrive quand on est prêt. Prêt pour avancer mieux, prêt pour faire confiance, prêt pour mettre sa vie entre Ses mains: ces symptômes physiques ne m'ont pas fait peur, ne m'ont même pas angoissé. Et pourtant, c'était comme si la cage thoracique se comprimait, comme si je manquais d'air, comme si la gorge se nouait. Cependant, par la technique du Saint-Nom ces symptômes s'atténuaient, comme si en posant ma Conscience sur Lui, Il me guérissait. Comme si je me rendais compte que cet état là, faisait partie de mon évolution, pour grandir, pour grandir en profondeur.  

 

 

J'accepte et je fais Confiance. L'Agya amène à faire Confiance. Il m'aura fallu quelques jours, voire quelques semaines pour que tout se calme. Grâce à L'Agya, je ne bouge pas comme scellée en mon socle. L'Agya est constitué de trois pieds : Service, Satsang et méditation. Pratiqué avec constance ces techniques, me permet de devenir légère, de me maintenir dans le flux de Sa Grâce en laissant faire, pour ne pas la gêner. Faire Confiance !

 

 

 

Confiance

Les expériences antérieures m'ont fait prendre Conscience de Son eau, comme d'une cure de Jouvence. Je me suis rendue compte du bien-être incommensurable d'être en Lui, de cette Vérité qui jaillit spontanément et éclaircit tout de suite ma vue. Par Sa Guidance Il sait où m'emmener pour me faire prendre Conscience des choses ou me faire sourire, me remplir de joie ou d'être émerveillée. Il Sait !  En ce moment, La Grâce m'amène à fermer les yeux pour méditer. Profiter de chaque opportunité de Sa Présence, pour vivre ce que je dois y vivre : me ressourcer, me défatiguer, m'apaiser, faire le vide !

 

C'est comme quand on a soif. Quand on a soif, on boit ! On n’attend pas que la Source vienne à nous. On agit ! On se baisse et on boit ! 

 

Etre dans la bonne sadhàna, c'est posé sa Conscience sur Lui, par la technique appropriée. C'est s'offrir à Lui, se soumettre à Lui, c'est avoir soif de Lui. C'est vouloir se désaltérer, en sachant que Lui seul peut me désaltérer. C'est un besoin, une nécessité. Quand j'ai soif de Vérité par exemple, je lis tes Satsang comme d'une nourriture fondamentale de mon être, pour en être apaisée et/ou retrouver mon bien-être !

 

Toutes ces expériences jusqu'à maintenant m'ont amener petit à petit à faire confiance. C'est petit à petit que l'oiseau fait son nid. On construis son nid et on prend Conscience de son nid. J'ai pris Conscience comment faire le mien ! Je me suis rendue compte des branches que je devais garder, celles que j'ai dû laisser partir et d'autres que j'ai dû utiliser, grâce à Toi José. Par Ton Enseignement, je grandis. Tout une alchimie qui se met en place pour une vie de bien-être, d'apaisement, de sérénité dans Le Saint-Nom. 

 

Nous prenons Conscience petit à petit des choses pour apprendre à vivre, à vivre cette vie qui nous ai donné de vivre. Comme prendre Conscience qu'avec Lui, je suis bien à ma place, à l'endroit ou je dois être. C'est ici, dans l'instant que je dois être et nul part ailleurs. En prendre Conscience change toute la donne. Notre regard change.

 

Je remarque que ces perturbations intérieures, m'ont permis de faire de la place, faire du vide. Je découvre un nouvel intérieur, un nouveau espace. Plus large, plus volumineux, plus ardent. Comme lorsque je ferme les yeux, pour méditer sur Le Saint-Nom ou La Lumière ou La Musique. Je vois La Lumière plus éclatante encore, comme si l'intensité en est plus puissante. Aussi, je trouve une paix intérieure plus forte. C'est un état d'être tellement attirant, tellement agréable, voire jouissif, un état d'être par Excellence ! Qu'il est bon de se laisser faire, de profiter pleinement de cet instant où mes sens sont comme en alertes.

 

 

 

Le libre-arbitre

Quand je prends Conscience qu'être en Lui, à chaque instant, me rend heureuse, je n’ai plus envie de ne pas y être. Il me  procure tellement de bien-être, de paix, de bonheur, de sérénité qu'il serait "fou" de ne pas rassembler ma Conscience en Lui. Il serait "fou" même de marcher près de Lui !

 

Quand on prend Conscience du Saint-Nom, on se rends compte que notre vie se résume à si peu de choses. Etre en Lui, c'est être à ma place. Plus j'avance sur ce chemin, plus je me rends compte que ma vie doit se résumer à Lui, seulement à Lui. Tout part de Lui, pour se déverser sur Lui, par Reconnaissance. Pour cela, il suffit à chaque fois de poser mon attention sur Le Saint-Nom. A chaque fois !

 

Etre en Lui en chaque pas c'est faire le choix de vivre dans son entièreté, être constamment dans la technique du Saint-Nom, ce qui nous met dans l'instant, dans la réalité. C'est éliminé la dualité pour vivre dans l'Unité. C'est s'allégé.

 

Notre regard change, quand nous posons notre Conscience au bon endroit, en ce centre où règne la paix. Tout est alors si merveilleux ! 

 

J'aime cette phrase que tu as écrite dans un post: "la souffrance est le prix du libre-arbitre". 

 

En fin de compte tout est une question de "libre-arbitre". Soit on fait le choix de poser sa Conscience sur Lui, pour être bien, heureux dans l'Unité soit on fait le choix de vivre hors de Lui, dans la peur, le doute, la dualité. Posé Sa Conscience sur Lui, c'est vivre intensément, c'est être libre ! Libre de faire le choix de vivre pleinement sa Vie, en Lui, en toute Conscience.

 

C'est n'attendre rien ! L'instant suffit à lui même !

 

 (Lundi 03 juillet 2017)

 

Tag(s) : #Grâce, #SaintNom, #instant, #Conscience, #Agya, #Enseignement, #pratique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :